Ecole du spectateur

Les forêts de Jean-Jacques - Louis Rubellin 2nde 4  par Francois Rubellin le 2018-01-24

Ce vendredi  19 janvier, grâce à M. Berr et l’École du Spectateur, le « groupe B » de celle-ci a eu la chance d’assister à un spectacle musical et littéraire autour des textes bucoliques et champêtres du penseur et philosophe des Lumières Jean-Jacques Rousseau.

Je dois reconnaître avoir fait preuve d’un certain scepticisme vis-à-vis de ce spectacle avant d’y assister, et j’ai été très agréablement surpris par celui-ci. En effet, le concept original d’associer un répertoire pour piano éclectique (tant la sonate Pathétique de Beethoven que la 1ère Gymnopédie d’Erik Satie en passant par une Romance extraite du Carnaval de Vienne de Schumann ou par des ballades de Chopin) superbement interprété par l’atypique François-René Duchâble à un corpus de textes lus par l’incroyable diction du lecteur Alain Carré, a rendu la soirée superbe.

Ce fut pour nous un honneur de pouvoir voir l’excentrique F.-R. Duchâble dans le Théâtre de Fontainebleau. En effet, celui-ci ne se produit quasiment plus que pour des œuvres de charité – qui elles aussi se font rares. Cette raréfaction est bien dommage : cet immense interprète à la fois saugrenu et talentueux est un spectacle total pour tout mélomane.

Dans le corpus de textes lu par Alain Carré, on trouve bien sûr des textes de « Jean-Jacques » mais également un propos introductif d’un autre philosophe ou bien une ou deux fines piques de Voltaire à son collègue Rousseau et à son ardente volonté de « retour à la nature » dans des forêts comme celles de Rambouillet, de Normandie… ou de Fontainebleau !

Tantôt lus en récitatif pur, « a capella », tantôt accompagné de la musique au piano, les textes de Rousseau font réfléchir l’auditeur autant qu’ils peuvent les faire sourire, rappelant à ceux-ci leur condition d’enfants de la Nature, et non maîtres de celle-ci.

« Les Forêts de Jean-Jacques » est donc, un spectacle fabuleux qui toucha toute la salle (certes majoritairement constituée de personnes âgées) et qui battit un record d’applaudissements, pendant près de cinq minutes en continu.

Je remercie donc grandement M. Berr de nous avoir fait assister à cette merveilleuse soirée.

Louis Rubellin - 2nde 4