Ecole du spectateur

Rossini en secret - Louis Rubellin 2nde 4  par Francois Rubellin le 2018-05-06

Les élèves de série A de l’École du Spectateur, samedi 05 mai, ont pu assister à un concert autour du compositeur italien Gioacchino Rossini (1792 – 1868). Ce fut une merveilleuse soirée qui enchanta, et ce n’est pas peu dire, la totalité du théâtre, particulièrement rempli ce soir-là, et je partageais (et partage encore) le sentiment du public.

Construit autour d’un fil rouge original sans être indigeste par excès d’originalité, Rossini en secret est un spectacle surprenant et singulier. La représentation raconte l’histoire d’un petit groupe d’amis qui investit chaque nuit un nouveau théâtre, durant trois nuits consécutives, au cours desquelles lesdits amis répètent des œuvres d’un compositeur préalablement choisi (ici, Rossini) afin de les jouer le dernier soir pour un public fantôme. Les morceaux sélectionnés (des « tubes » du compositeur, comme des pièces moins connues) étaient donc chantés par des artistes particulièrement talentueux, dans une mise en scène étonnante mais tout sauf rébarbative. Tantôt projetant Et vogue le navire, de Fellini, sur un drap blanc, tantôt jouant avec des décors de bric et de broc du théâtre. Le public n’est néanmoins pas en reste, les chanteurs effectuant de temps à autre des descentes à travers l’orchestre, toujours en chantant. L’interaction la plus marquante avec ce public « fantôme » reste la distribution d’assiettes de pâtes cuites, là, devant nos yeux, sur la scène, sur l’air du Lazzarone (Voir Naples et mourir). En effet, les chanteurs cuisiniers et le narrateur sont descendus dans un public pas si fantôme puisque celui-ci s’est délecté de ces pâtes al dente.

Dans cette ambiance de grande convivialité entre leur public et eux-mêmes, les artistes continuent leur spectacle, et quand celui-ci s’aventure dans un burlesque un peu lourd (ce qui est rare, certes), cette impression est totalement effacée par les incroyables performances vocales des chanteurs : soprano, mezzo-soprano, ténor et basse.

Rossini en secret offre, plus qu’une simple « compilation » musicale, un grand moment artistique et culturel pendant lequel on ne voit pas le temps passer. Si jamais vous avez une occasion de les voir et de les entendre, n’y manquez pas : vous ne regretterez certainement pas votre soirée ! Une représentation qui conclut donc l’année et cette saison de l’École du Spectateur en beauté ! (Sous vos applaudissements.)