PSP#Controverses

A. Foumangoye (TL2) - Covid: socialement injuste?  par Francois Rubellin le 2020-05-05

La Courneuve / NPNRU / Actualités / Accueil - ANRU - Agence ...

Cent-quatorzième contribution PSP#Controverses: tous égaux devant un microbe et la mort? Le premier réflexe de bon sens pourrait être de penser qu'une épidémie, un microbe en l'occurrence, ne choisit pas ses victimes et que chacun-e, en France et au-delà, est également susceptible d'être contaminé par le coronavirus. Il n'en est rien, ici comme ailleurs. Inégalitaire en termes d'âge (les personnes âgées sont davantage susceptibles d'en être victimes, a fortiori en EPHAD, controverses 109), la pandémie l'est aussi sur le plan social: la forte concentration de population combinée aux contraintes d'un confinement pas toujours accepté et de dimension quasi-concentrationnaire en certains endroits ont cette conséquence de faire des quartiers et cités difficiles - un doux euphémisme - des lieux de propagation privilégiés du virus. Alors, quels enseignements sociaux tirer de la crise sanitaire en cours?

Jacques-Alexandre FOUMANGOYE (TL2) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre le sociologue François Dubet, l'économiste Michael Zemmour, la sociologue Johanna Dagorn et la géographe Corinne Luxembourg via trois tribunes publiées par Le Monde les 25 et 27 mars 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

A. Madelenat (1ère 9) - Covid: sécurité vs. droit?  par Francois Rubellin le 2020-05-04

Clash der Kulturen – Katja Triebel

Cent-treizième contribution PSP#Controverses: sécurité et liberté... ou vs. liberté? Les enseignements en cours et à venir de la crise du coronavirus, inédite par sa gravité et son ampleur, sont infinis: médicaux et sanitaires bien sûr, économiques et stratégiques évidemment... mais aussi politiques et juridiques. "L'état d'urgence sanitaire", en passe d'être prolongé au 24 juillet, s'il est justifié (?) sur le strict plan médical - débat sur ce plan il y a également -, l'est-il sur le plan du droit? Ou, plus largement, l'Etat de droit ne risque-t-il pas d'être sans fin sacrifié sur l'autel de la sécurité, sanitaire en l'occurrence? Les libertés - de circulation, de réunion... - chères à notre modèle républicain sont-elles, durablement, menacées? Est-il légitime et pertinent de rapprocher l'arsenal juridique déployé par le gouvernement des lois scélérates anti-terroristes anarchistes de la Belle Epoque?... du Patriot Act des Etats-Unis post-11 septembre 2001? Bref, liberté et sécurité sont-elles compatibles?

Aurélie MADELENAT (1ère 9 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les juristes et avocat-e-s Jean-Marie Burguburu et Laurène Chesnel, Nicole Belloubet (Garde des Sceaux), Astrid Mignon-Colombet et Diane Floreancig, et Raphaël Kempf via quatre tribunes publiées par Le Monde lel 24 et 25 mars, 1er et 17 avril 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Alissa Schopphoff (1ère 10) - Covid: quelle leçon?  par Francois Rubellin le 2020-04-30

https://unric.org/fr/wp-content/uploads/sites/2/2020/03/coronavirus-covid19.jpg

Cent-douzième contribution PSP#Controverses: de quoi Covid-19 est-il le nom? Au-delà de son nom intriguant et pour tout dire inquiétant, c'est à une réflexion de fond, anthropologique, scientifique et éthique, que le monde est invité. Comment comprendre cette crise sans précédent au cours du dernier siècle, depuis la grippe espagnole de 1918-19? Plus particulièrement, quelle doit - et devra - être notre relation au monde vivant, bactérien, végétal et animal à l'issue de cet épisode de dimension planétaire?

Alissa SCHOPPHOFF (1ère 10 SID) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre Ibrahim Thiaw (UNEP), Emmanuel Torquebiau (chercheur en agroforesterie) et Bruno Latour (anthropologue) via trois tribunes  publiées par Le Monde les 23 et 29 mars 2020.

J.-A. Foumangoye (TL2) - Barkhane, pourquoi faire?  par Francois Rubellin le 2020-04-29

Opération Barkhane

Cent-onzième contribution PSP#Controverses: la Françafrique est morte... vive la Françafrique? Pénétrée et investie par la Chine à l'Est au Kenya, à l'Ouest dans le golfe de Guinée, au Nord en Algérie - l'expression Chinafrique consacrant cette stratégie s'inscrivant dans le cadre des "nouvelles routes de la soie" du président Xi Jinping - l'Afrique n'en a pas fini avec la présence française. Il y a tout juste soixante ans accédaient à l'indépendance les territoires réunis sous les appellations AOF (Afrique occidentale française) et AEF (Afrique équatoriale française), de la Mauritanie et du Sénégal à l'Ouest au Tchad à l'Est, jusqu'au Gabon et au Congo Brazzaville au Sud. C'est depuis 2013-14 dans le cadre de l'opération Serval, puis Barkhane, que l'armée française est présente au Sahel, le Sud-Sahara, essentiellement au Mali, à un degré moindre au Niger et au Tchad, au nom de la lutte contre le djihadisme qui y sévit. La mort tragique de treize soldats français le 25 novembre 2019 dans une collision aérienne nous donne l'occasion de nous pencher sur les raisons de la présence de la France dans l'immensité sahélienne.

Jacques-Alexandre FOUMANGOYE (TL2) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre d'une part l'activiste Amité Roseline Dakouo, les africanistes Charles Grémont, Gilles Holder et Boukary Sangaré d'une part, le colonel Michel Goya d'autre part via deux tribunes publiées par Le Monde le 2 décembre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

M. Hamon (1ère 11) - Antisionisme = antisémitisme?  par Francois Rubellin le 2020-04-28

On vous explique la future définition de l'antisémitisme élargie à ...

Cent-dixième contribution PSP#Controverses: l'antisionisme est-il le nouveau nom de l'antisémitisme? A l'issue d'une année 2019 marquée par une augmentation des actes et provocations antisémites (profanations de sépultures juives, graffitis insultant Simone Veil, agressions verbales contre Alain Finkielkraut...), la majorité parlementaire LREM a déposé via l'un de ses membres, le député Sylvain Maillard, une proposition de résolution de loi visant à assimiler purement et simplement l'antisionisme à l'antisémitisme, suscitant une polémique d'une rare intensité sans en empêcher le vote en décembre. Alors, antisionisme = antisémitisme?

Margaux HAMON (1ère 11 SID) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre deux collectifs hostiles à la proposition de résolution Maillard, l'un constitué de député-e-s dont Nadia Essayan, l'autre d'intellectuels et de philosophes dont Jean-Christophe Attias, et Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT via trois tribunes publiées par Le Monde le 2 décembre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

E. Quillien (TES2) - Covid: aînés sacrifiés?  par Francois Rubellin le 2020-05-04

marchant-1491 - L'Actualité Nouvelle-Aquitaine — science et ...

Cent-neuvième contribution PSP#Controverses: crise sans précédent, séisme, remise en question de nos fondements civilisationnels... Les superlatifs ne manquent pas pour caractériser la pandémie Covd-19 et ses conséquences. L'une d'entre elles, tout sauf la moindre, est le sort de nos aînés, passé sous silence dans un premier temps, avant d'être enfin pris en compte dans les statistiques quotidiennes - véritable comptabibilité macabre - des décès dûs à l'épidémie. Au-delà, c'est le sentiment d'une génération oubliée - sacrifiée? - qui s'affirme amèrement. Qu'en est-il? Est-il juste ou excessif de parler d'un géronticide silencieux, alors que nos voisins espagnols ou anglais n'ont toujours pas intégré dans leurs propres statistiques ces morts qui interrogent nos sociétés riches et "bien portantes" sur leur(s) valeur(s)?

Emmanuelle QUILLIEN (TES2 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre la grand reporter Florence Aubenas, l'ancienne ministre Monique Pelletier et l'ancien ministre, député et avocat Pierre Lellouche via un reportage et deux tribunes publiés par Le Monde les 8, 13 et 17 avril 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Aurélie Madelenat (1ère 9) - Quelle agriculture?  par Francois Rubellin le 2020-04-14

Agribashing] Le salon international de l'Agriculture 2020 sous le ...

Cent-huitième contribution PSP#Controverses: si loin, si proche. Il y a encore un mois et demi se tenait Porte de Versailles la grand-messe de l'agriculture française, le rituel Salon de l'agriculture, deux semaines avant le confinement global du pays et de son économie décidé par l'exécutif. Depuis, l'arrêt général des activités et les interrogations sur ce que sera "le monde d'après" donnent le sentiment que plus rien ne sera comme avant. Est-ce si sûr? Et, concrètement, alors que la principale occupation (et préoccupation) des ménages français confinés est de s'alimenter (et donc s'approvisionner en biens alimentaires), chacun est conscient, outre le rôle vital des "soignants", de celui, tout aussi essentiel, des agriculteurs. Quelles sont, donc, les perspectives du monde agricole et par extension rural, entre productivisme et écologie, respect du vivant et absence de cohérence entre les positions (postures?) théoriques et les comportements concrets de chacun?

Aurélie MADELENAT (1ère 9 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les agronomes Hayo van der Werf, Christel Cederberg, Marc Dufumier et l'éleveuse Anne-Cécile Suzanne  via trois tribunes publiées par Le Monde le 21 février 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

J. Billard et A. Madelenat (1ère 9) - Mila  par Francois Rubellin le 2020-04-08

Affaire Mila : comprendre le débat sur le blasphème, qui n'est pas ...

Cent-septième contribution PSP#Controverses: janvier 2015-janvier 2020, cinq années se sont écoulées depuis les attentats islamistes contre Charlie-Hebdo et, à travers eux, la liberté d'expression incluant, notamment, le droit au blasphème. Singulièrement, ce n'est pas l'exécutif à quelque niveau que ce soit (l'Elysée comme Matignon n'ont inscrit aucune commémoration de la chose à leurs agendas respectifs) mais bien malgré elle une lycéenne iséroise qui aura "célébré" l'anniversaire en question et remis sous le feu des projecteurs médiatiques le débat éternel des limites ou non à cette fameuse liberté. Après "jesuischarlie" 2015... "jesuismila" 2020? Etonnamment - ou pas - ce n'est toujours pas l'exécutif qui s'est illustré lors de cette crise (en témoigne le rétropédalage de la garde des sceaux pourtant juriste), mais la société civile et notamment Charlie-Hebdo (est-ce seulement surprenant?) qui est montée au créneau pour prendre la défense, sinon de la jeunes fille, tout du moins de ce qu'elle a pu incarner, plus ou moins consciemment. Dans le cadre du concours Graine d'Académie 2020 de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, confronter différents points de vue sur le sujet s'avère bienvenu, pour ne pas dire indispensable.

Joséphine BILLARD et Aurélie MADELENAT (1ère 9 SED) rendent ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre le rabbin Delphine Horvilleur, la ministre de la justice et garde des sceaux Nicole Belloubet, la juriste Gwénaële Calvès et un collectif de professeurs via quatre tribunes publiées par Le Monde les 14, 8 et 4 février 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Camille Chapt (1ère 9) - Nobel de la "Paix" 2019?  par Francois Rubellin le 2020-05-07

https://www.lamanchelibre.fr/photos/maxi/810985.jpg

Cent-sixième contribution PSP#Controverses: tropisme africain en Scandinavie? Un an après Denis Mukwege, corécipiendiaire du Prix Nobel de la Paix 2018, c'est au beaucoup moins médiatique premier ministre éthiopien Abiy Ahmed que fut remise à Oslo la prestigieuse distinction en octobre 2019. Attribution méritée... ou usurpée? Récompense pour une oeuvre réelle et durable (la paix avec le voisin érythréen ennemi de toujours)... ou "méthode Coué", effet boule de neige escompté dans une corne de l'Afrique théâtre de tous les échecs du "nouvel ordre mondial"?

Camille CHAPT (1ère 9 SIA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre Mehdi Labzaé, René Lefort et Sabine Planel, et Sonia Le Gouriellec via deux tribunes publiées par Le Monde les 17 et 26 octobre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

A. van de Blankevoort (TES1) - Quo vadis Germania?  par Francois Rubellin le 2020-04-04

https://s.france24.com/media/display/55943e56-5405-11ea-8ba7-005056a98db9/w:1240/p:16x9/200220-extreme-droite-all-m.webp

Cent-cinquième contribution PSP#Controverses: encore fécond, le ventre d'où est née la bête immonde? Longtemps considéré comme exemplaires - bien que tardifs - le travail et le "devoir de mémoire" allemands semblent aujourd'hui fragilisés, niés même, par la recrudescence d'attentats et autres manifestations xénophobes, antisémites, islamophobes et racistes, sans parler des résultats électoraux récents, aux niveaux tant national que régional. Dernier exemple en date, la tragique tuerie perpétrée le 19 février 2020, non pas en "ex-Allemagne de l'Est", mais à Hanau, près de Francfort-sur-le-Main, au coeur de cette Allemagne "de l'Ouest" prospère et sans histoires. Comment comprendre cette évolution inquiétante? Est-elle corrélée à la seule "crise des migrants" qui frappe et divise les Allemands depuis cinq ans maintenant?

Astrid VAN DE BLANKEVOORT (TES1 SID) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre l'historienne Hélène Miard-Delacroix et la chercheuse Nele Wissmann via deux tribunes publiées par Le Monde le 25 février 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane