Sciences Economiques et Sociales

Visite des 1ères ES au CESE  par Alain Guyot le 2018-09-18

VISITE DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL 22/05/18 

 

 

Le Mardi 22 mai 2018, les élèves du « projet CESE »  des classes de 1ère ES1, ES2 et ES3 sont allés visiter le palais d'Iéna à Paris où siège le Conseil Économique Social et Environnemental appelé plus communément CESE.

Masha BRULEFERT et Meije DUMONT ont effectué le compte rendu de cette visite.

 


 

I- Visite institutionnelle    par Masha BRULEFERT

 

 

Le CESE est la 3ème Assemblée de la République après l'Assemblée nationale et le Sénat. Créé en 1925 (supprimé sous le régime de Vichy puis réinstauré après la Libération sous la IVème République), le CESE est une assemblée consultative, son rôle est de  « conseiller » et de donner son avis au Parlement et au Gouvernement dans l'élaboration des lois.

 

 Le CESE bien que méconnu est à l’origine de lois telles que : la garantie locative universelle qui permet aux jeunes de moins de 30 ans d’accéder plus facilement à la location d’un logement, la loi de la transition énergétique qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre ou encore la création du RMI en 1988 (remplacé depuis par le Revenu de Solidarité Active (RSA) en 2009).

Le CESE est inscrit dans la Constitution, il est alors très compliqué de vouloir supprimer cette assemblée (il faudrait organiser un vote du Congrès et obtenir les 3/4 des votes).

 

Lors de notre visite, Monsieur SALTO, ancien Conseiller du CESE, nous a présenté l'histoire du CESE ainsi que son fonctionnement.

 

Le CESE comprend 233 conseillers (hommes et femmes) désignés pour représenter la société civile pour un mandat de 5 ans (renouvelable une seule fois). Elle est la seule assemblée à être « presque » à parité homme/femme avec 46 % de femmes .

Sur les 233 membres, on en compte 140 membres au titre de l'économie et du social, 33 membres au titre de la protection de la nature et de l'environnement et 60 membres au titre de la cohésion sociale et de la vie en société.

On y trouve des chefs d'entreprises, des agriculteurs, des syndicats de salariés ou encore des artisans ou même des associations. On les appelle les conseillers/conseillères. Ainsi le CESE permet à toutes les catégories socioprofessionnelles de dialoguer et de débattre, et les Français sont bien tous représentés dans cette assemblée.

 

Le CESE est également composé de 18 groupes qui désignent leurs conseillers (avec un nombre limité de conseillers par groupe) dont les syndicats de salariés, les entreprises, l’outremer ou l’artisanat par exemple.

Le CESE va faire l’objet d’une réforme constitutionnelle afin d’augmenter son rôle dans les institutions de la Vème République. Son nom deviendrait « Chambre de la participation citoyenne ».

 

Description : Résultat de recherche d'images pour

 

 

Le CESE est également connu pour son siège, le Palais d’Iéna dans le XVIème arrondissement de Paris.

Il a été construit en 1937 par l’architecte Auguste Perret.

C’est un bâtiment circulaire donc le matériau principal est le béton, à l’extérieur comme à l’intérieur.

Cette infrastructure est étudiée par plusieurs écoles d’arts car le béton est utilisé d’une manière très artistique.

 


 

II- Visite architecturale  par Meije DUMONT

 

Le Palais d’Iéna est un bâtiment situé dans le 16ième arrondissement de Paris sur la colline de Chaillot, entre le Palais de Chaillot, au sommet, et le Palais de Tokyo, en contrebas.

 Il est actuellement le siège, en particulier, du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE).

 

Mais il est, tout d’abord, une œuvre majeure de l’architecture moderne de l’entre-deux-guerres.

Il est surtout l’aboutissement d’une rencontre entre un architecte (Auguste Perret 1874-1954), un lieu (un triangle isocèle sur la colline de Chaillot) et un matériau (le béton armé).

Appelé, dès 1933, pour élaborer le plan d’urbanisme de l’Exposition Universelle -ou Exposition Internationale « des Arts et Techniques appliquées à la Vie Moderne »- de 1937, Auguste Perret voit l’abandon de son projet grandiose de « Champs-Elysées de la rive gauche » entre la place d’Italie et la colline de Chaillot (le Palais de Chaillot sera l’œuvre de trois autres architectes dans les années 1935-1937), à la grande déception de l’architecte et d’artistes et d’intellectuels qui le soutenaient.

Cependant, il obtient deux commandes prestigieuses, le Mobilier National et le Musée des Travaux Publics (Palais d’Iéna). Cette dernière commande va lui permettre de réaliser un rêve : ériger un monument classique en béton armé, pour ‘rivaliser’ avec l’idéal de « perfection esthétique » du Parthénon.

Fils d’entrepreneurs, Auguste Perret, aidé de ses deux frères, a transformé l’entreprise familiale pour leurs expérimentations entièrement dédiées au béton armé. Grâce à la réalisation de projets désormais considérés comme des chefs d’œuvre (immeuble rue Franklin 1903, théâtre des Champs-Elysées 1913, église du Raincy 1923, le Mobilier National 1936) , il inscrit le béton armé dans la tradition de l’architecture moderne.

 

Pour le Musée des Travaux Publics, l’îlot triangulaire dont il hérite, l’oblige à tourner le dos au Palais de Chaillot et à présenter son entrée sur la place d’Iéna, face au Musée Guimet.

L’architecte met au point un plan de masse ajusté à la configuration de la parcelle : un triangle isocèle dont le sommet sera une rotonde et la base, un arc de cercle.

Un plancher général absorbe la déclivité du terrain. La rotonde, qui abrite l’amphithéâtre où ont lieu les assemblées du CESE, sera prolongée par deux longues salles hypostyles (espace fermé dont le plafond est soutenu par des colonnes, en référence aux temples anciens), aux dimensions colossales et aux larges baies vitrées, reliées par une galerie incurvée.

Partiellement réalisé, le musée, « vaste abri à toutes fins utiles », est inauguré en mars 1939 dans une première aile de l’édifice, parallèle à l’avenue d’Iéna.

La Seconde Guerre Mondiale retarde les travaux et la rotonde ne sera achevée qu’en 1943. Dans le hall, derrière l’hémicycle et ses claustras, un monumental escalier, semblant ne reposer sur rien, à double révolution formant un cœur ou un fer à cheval, dessert les différents niveaux.

La force de l’ensemble résulte de « la distinction, chère à Perret, entre un abri souverain (l’ossature primaire de l’enveloppe) et un ordre secondaire réglant la distribution intérieure ».

Quant au revêtement de l’ensemble, « le béton se suffit à lui-même ». Pas de peinture, seulement des matériaux ‘aux subtils accords chromatiques’, faits de porphyre vert et de marbre rose.

 

Après la fermeture du musée et la disparition de l’Assemblée de l’Union Française, le palais abritera le Conseil Economique et Social (ancêtre du CESE) dès 1959.

En 1960, l’architecte Paul Vimond, élève d'Auguste Perret, lance les travaux de la seconde aile du palais d'Iéna, le long de l'avenue du Président-Wilson.

Celle de l'avenue Albert-de-Mun, base du triangle, a été réalisée en 1995, par Gilles Bouchez, à l'issue d'un concours.

 

 

Les élèves du Lycée, ainsi que leurs professeurs de SES, Mesdames CORNELOUP et TAILLIEU-FIEVEZ, remercient Madame MALLET et Monsieur SALTO pour leur chaleureux accueil.