Lettres

Descriptif, mode d'emploi  par Elisa Franzon le 2015-09-18

Le descriptif du baccalauréat

            Il sert d’outil de travail pour l’élève et pour le professeur examinateur qui prépare l’interrogation orale du baccalauréat sur la base des indications contenues dans ce document.

            Il rend compte du travail effectué en classe et en autonomie tout au long de l’année.

            Toutes les lectures que le professeur fait en classe avec les élèves ou que le professeur demande aux élèves de faire en autonomie sont obligatoires, sauf mention contraire explicite (lecture conseillée, conseil de lecture). Cela signifie que l’élève aura à en rendre compte.

            Cependant on distingue deux manières d’en rendre compte, qui correspondent à deux formes de lecture pratiquées et demandées :

  • La lecture analytique, c’est-à-dire une lecture qui vise la construction progressive et précise de la signification d’un texte et qui consiste donc en un travail d’interprétation que le professeur conduit avec les élèves ;

L’élève devra en rendre compte sous la forme d’un exposé de 10 minutes qui répond à une question posée par l’examinateur.

  • La lecture cursive, forme courante de la lecture, peut être pratiquée en classe ou hors de la classe. Elle est prescrite par le professeur et fait l’objet d’une exploitation dans le cadre de la séquence d’enseignement ;

L’élève devra rendre compte des lectures cursives dans l’entretien de 10 minutes qui suit l’exposé.

      La plupart des lectures complémentaires mentionnées sur le descriptif du baccalauréat sont des lectures cursives. Ces lectures sont donc en majorité faites en autonomie et sont vérifiées et exploitées de différentes manières, laissées à l’appréciation de chaque professeur.

      L’ensemble des lectures permet par ailleurs à l’élève d’acquérir une culture littéraire et des méthodes en vue de l’épreuve écrite.

      Toutes les activités pratiquées en classe ou données à faire en autonomie à l’élève qui ont trait à l’histoire des arts (la lecture d’une œuvre picturale, l’analyse filmique, musicale, l’analyse d’une mise en scène théâtrale…) ou qui sont spécifiques à une démarche, une séquence (une sortie au musée …), ou une œuvre intégrale (l’exploration d’un thème, d’une démarche, d’un registre etc. sous la forme d’une question d’ensemble) sont d’autres activités complémentaires. L’élève devra en rendre compte dans l’entretien et il pourra les utiliser à l’écrit. Elles lui permettent de construire sa réflexion et de comprendre les démarches artistiques.

      Le descriptif présente le travail effectué par séquence et explicite la problématique choisie pour chaque séquence. Cette problématique est le fil directeur de la réflexion engagée, qui ne peut être complète et comprise que si toutes les lectures et activités retiennent sérieusement l’attention des élèves. Aussi nous engageons vivement les élèves de Première à ne négliger aucune lecture ni aucune activité et à classer dans un classeur ou un porte-vue, par séquence, d’une part les lectures analytiques, d’autre part les lectures et documents complémentaires au fur et à mesure qu’ils sont abordés.

      Enfin au cours de l’entretien oral l’examinateur peut tout à fait dialoguer avec l’élève sur une œuvre qui n’est pas mentionnée par le professeur, mais que l’élève signale avoir lue en plus des lectures exigées.