PSP#Controverses

Elias Kohn (1ère 1) - Agribashing: pourquoi?  par Francois Rubellin le 2020-06-18

Agribashing : un observatoire du dénigrement agricole dans le Bas-Rhin

Cent-vingt-troisième contribution PSP#Controverses: la fin des terroirs, selon l'historien américain Eugen Weber dans son ouvrage éponyme, en d'autres mots la mort lente du monde paysan, a débuté selon l'auteur il y a tout juste un siècle et demi, et s'est précisée avant même la Grande Guerre. Paysannerie, monde agricole et campagnes ne sont à proprement parler pas (encore) morts au XXIe siècle... néanmoins, malade et en crise, le secteur primaire tel que qualifié par les économistes va mal, et souffre parmi d'innombrables mots d'un désamour et d'une défiance de la part de ses compatriotes pourtant toutes et tous enfants ou petits-enfants de paysans. De quoi, donc, "l'agribashing" contemporain est-il le nom?

Elias KOHN (1ère 1 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre Aurélie Trouvé, Gilles Bazin et Jean-Christophe Kroll (agroéconomistes), Gilles Luneau (essayiste), Nicolas Girod (éleveur laitier, Confédération Paysanne) et Sophie Michel (chercheuse en management) via quatre tribunes publiées par Le Monde le 8 novembre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

N. Miandrisoa (1ère 3) - Covid: quelle économie?  par Francois Rubellin le 2020-06-17

https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/0203-sampaio_2020-03-02-2975.jpg?itok=x2wq_eXZ

Cent-vingt-deuxième contribution PSP#Controverses: une crise économique et une récession plus graves encore que celles de 1929 et des années trente, de 2008 et des années 2010... Les superlatifs ne manquent pas s'agissant des effets de la crise sanitaire du Coronavirus à laquelle peu de régions du monde ont à ce jour échappé (en attendant une deuxième vague que certains semblent deviner à nouveau en Chine, Pékin cette fois?). Quel sera, donc le "monde d'après"? Le pire est-il sûr et inéluctable? Faut-il désespérer et s'attendre à un tsunami emportant avec lui les fondements de l'économie globalisée et si oui... s'en lamenter?

Narindra MIANDRISOA (1ère 3 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les économistes Xavier Ragot (OFCE), Jean-Eric Hyafil (Panthéon-Sorbonne), Alain Trannoy (Cercle des Economistes) et un collectif d'ATTAC France via quatre tribunes publiées par Le Monde les 20, 21 et 22 mars 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Bianca Paillard (TL2) - Identité, identités?  par Francois Rubellin le 2020-06-10

Refaire l'Odyssée : Le rôle d'Ulysse confié à Hugh Jackman

Cent-vingt-et-unième contribution PSP#Controverses: identité... identités? Humanité globale mondialisée ou constituée d'un agglomérat d'individus en quête de communautés et, à travers elles, d'identité, telle un paradis perdu tout en n'ayant jamais existé, tel un Ulysse anonyme et apatride cherchant Ithaque et abjurant dans son odyssée sa propre identité, s'assumant et s'appelant "personne"? Au-delà des crises et cataclysmes, cette année scolaire 2019-20 n'échappe à ces interrogations, par définition éternelles...

Bianca PAILLARD (TL2) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les essayistes et philosophes Achille Mdembe, Claude Romano et Wendy Delorme via trois tribunes publiées par Le Monde le 31 octobre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Aurélie Madelenat (1ère 9) - Covid: quelle école?  par Francois Rubellin le 2020-05-29

Accueil

Cent-vingtième contribution PSP#Controverses: un mal... pour un bien? Ou un miroir aux alouettes lourd de conséquences et de dommages? Là où certains - majoritaires - s'alarment du décrochage des plus fragiles et de l'invisibilisation de tous, élèves et professeurs, d'autres - pédagogues en tête - voient dans la crise du Coronavirus synonyme d'année scolaire avortée une opportunité inédite, celle de mettre à plat les méthodes d'enseignement et, plus largement, d'ouvrir une large réflexion sur les finalités de l'école à tous les niveaux. Alors, l'enseignement "distanciel", pis-aller... ou annonciateur de "l'école de la confiance" de demain?

Aurélie MADELENAT (1ère 9 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les professeurs et pédagogues spécialistes des enjeux de l'éducation Iannis Roder (HG), Philippe Watrelot (SES), et Annabelle Martin Golay (Lettres) via trois tribunes publiées par Le Monde les 28 avril et 5 mai 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

A. Moreno (P10) et M. Schaefer (P11) - "Loi" Avia?  par Francois Rubellin le 2020-05-27

Les Raisons de la haine. Histoire d'une passion dans la France du ...

Cent-dix-neuvième contribution PSP#Controverses: l'enfer... pavé de bonnes intentions? Il ne viendrait à personne l'idée de nier la réalité de l'augmentation constante des agressions, insultes et violences numériques sur internet: les réseaux sociaux sont les évidents théâtres d'invectives, d'attaques et de manifestations de haine d'autant plus gratuites et aveugles que leurs auteurs jouissent de l'anonymat d'une part, de la passivité des sites et plateformes les hébergeant d'autre part. C'est pour lutter contre cette "haine sur internet" qu'a été voté le 13 mai 2020 le texte de loi Avia, dix mois après sa présentation par la députée LREM à l'Assemblée nationale, après un premier examen critique par le Sénat en décembre. Qu'en penser? Saine et légitime riposte des pouvoirs publics mettant la pression sur des réseaux sociaux complices par indifférence... ou loi liberticide faisant planer la menace de poursuite (un an de prison, 15000 euros d'amende pour les auteurs, 1.25 millions d'euros pour les plateformes) contre quiconque penserait "mal"?

Aurore MORENO (1ère 11 SID) et Mia SCHAEFER rendent ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre Salwa Toko (présidente du Conseil national du numérique), Laurent Bayon (avocat) et Eric Debarbieux (pédagogue), Anne-Sophie Choné-Grimaldi (juriste) et Thomas Hochmann (juriste)  via quatre tribunes publiées par Le Monde les 18 juin, 3 et 10 juillet 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Héloïse Combe (1ère 8) - Uber: l'arrêt  par Francois Rubellin le 2020-05-13

Cour de cassation

Cent-dix-huitième contribution PSP#Controverses: "économie du partage"... Vraiment? Derrière cette appellation flatteuse, utopique et mutuelliste, qui n'est pas sans rappeler Proudhon, se cache de quoi faire retourner dans sa tombe ce dernier: les devenus géants de cette économie d'un genre nouveau que sont les entrepreneurs Uber ou Deliveroo seraient-ils donc les disciples de l'anarchiste bisontin? Le récent arrêt (4 mars 2020) de la Cour de cassation, obligeant Uber et à terme consorts à reconnaître leurs pseudo "auto-entrepreneurs" comme salariés devant à ce titre bénéficier d'un contrat de travail en bonne et due forme, vient de remettre certaines pendules à l'heure. Alors, Uber & co, fin de partie ou... nouveau départ? 

Héloïse COMBE (1ère 8) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre Elsa (avocate) et Fanny (essayiste) Lederlin, l'entrepreneur François Hurel, et l'avocat Jacques Barthélémy et l'économiste Gilbert Cette via trois tribunes publiées par Le Monde les 11 et 14 mars 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Kléa Varvoglis (1ère 9) - Transition énergétique?  par Francois Rubellin le 2020-05-12

Modèles macroéconomiques et transition énergétique | France Stratégie

Cent-dix-septième contribution PSP#Controverses: un mal... pour un bien? Les enseignements de la crise sanitaire COVID-19 ne sont pas près d'être tirés, la pandémie elle-même étant à ce jour tout sauf sous contrôle. Toutefois, là où les économistes dans leur grande majorité rivalisent d'analyses catastrophistes sur son coût économique pour la France et le monde, d'autres, écologistes bien sûr, chercheurs et scientifiques également, voient dans la crise synonyme de baisse de la croissance une opportunité historique sans précédent: moins de croissance, donc moins de pollution et par extension d'atteintes à l'environnement. A cet égard, et avant même le confinement, nombreux étaient ceux qui se posaient - et donc aujourd'hui plus qu'hier, et moins que demain - la question cruciale de la transion énergétique. Quelle peut-elle être?

Kléa VARVOGLIS (1ère 9 SIA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les historiens François Jarrige et Alexis Vrignon, le scientifique Samir Bedreddine et le sociologue Arnaud Saint-Martin, le consultant Sylvain Roche, et Marjolaine Meynier-Millefert (députée de l'Isère) via quatre tribunes publiées par Le Monde le 28 février 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

M. Mercier (TES2) - Nobel économie 2019: justifié?  par Francois Rubellin le 2020-05-11

https://s.france24.com/media/display/6ccda24a-ee6d-11e9-a1be-005056a964fe/w:1240/p:16x9/nobel-economics-banerjee-duflo-kremer_0.webp

Cent-seizième contribution PSP#Controverses: les conséquences... ou les causes? Le dernier prix Nobel d'économie conjointement attribué au jeune trio d'économistes Abhijit Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer - tous trois citoyens du monde au-delà de ce que leurs passeports américains (franco-américain pour la nouvelle star de sa discipline Esther Duflo) pourraient laisser penser - crée la controverse. Là où certains louent leurs travaux sur la pauvreté et les moyens de la combattre, d'autres dénoncent, sinon une imposture, tout du moins une décevante confusion entre énumération des conséquences et identification - absente? - des causes du problème par les trois chercheurs du MIT-Economics et Harvard. Alors, le prix Nobel d'économie 2019, justifié... ou non?

Maxime MERCIER (TES2 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les économistes Arthur Jatteau, Denis Cogneau et Sylvie Lambert via deux tribunes publiées par Le Monde le 17 octobre 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Alban Miquel (1ère 2) - Séparatisme islamiste?  par Francois Rubellin le 2020-05-06

Protéger les libertés en luttant contre le séparatisme islamiste ...

Cent-quinzième contribution PSP#Controverses: cinq ans après les attentats contre Charlie Hebdo, l'Elysée - silencieux en amont comme en aval de ce cinquième anniversaire oublié - a donné comme l'impression de vouloir se rattraper. Le 18 février 2020, dans une Mulhouse en passe de devenir premier foyer français de l'épidémie Covid-19, Emmanuel Macron devait tenir une conférence de presse au titre d'emblée polémique: "Protéger les libertés en luttant contre le séparatisme islamiste". L'événement politique et médiatique devait immédiatement - et éphémèrement, Coronavirus oblige - provoquer débats et invectives dans un pays où le fait même d'aborder le sujet élyséen est susceptible d'entraîner contre tout acteur de la controverse l'accusation devenue rituelle d'islamophobie. Alos, qu'est-ce que le "séparatisme islamiste" macronien, comment le définir et le neutraliser?

Alban MIQUEL (1ère 2 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre le politiste Alain Policar, le théologien et président du CFCM Mohammed Moussaoui et l'islamologue Rachid Benzine via trois tribunes publiées par Le Monde les 18 et 20 février 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

A. Foumangoye (TL2) - Covid: socialement injuste?  par Francois Rubellin le 2020-05-05

La Courneuve / NPNRU / Actualités / Accueil - ANRU - Agence ...

Cent-quatorzième contribution PSP#Controverses: tous égaux devant un microbe et la mort? Le premier réflexe de bon sens pourrait être de penser qu'une épidémie, un microbe en l'occurrence, ne choisit pas ses victimes et que chacun-e, en France et au-delà, est également susceptible d'être contaminé par le coronavirus. Il n'en est rien, ici comme ailleurs. Inégalitaire en termes d'âge (les personnes âgées sont davantage susceptibles d'en être victimes, a fortiori en EPHAD, controverses 109), la pandémie l'est aussi sur le plan social: la forte concentration de population combinée aux contraintes d'un confinement pas toujours accepté et de dimension quasi-concentrationnaire en certains endroits ont cette conséquence de faire des quartiers et cités difficiles - un doux euphémisme - des lieux de propagation privilégiés du virus. Alors, quels enseignements sociaux tirer de la crise sanitaire en cours?

Jacques-Alexandre FOUMANGOYE (TL2) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre le sociologue François Dubet, l'économiste Michael Zemmour, la sociologue Johanna Dagorn et la géographe Corinne Luxembourg via trois tribunes publiées par Le Monde les 25 et 27 mars 2020.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane