Allemand

Stefan Zweig au Théâtre-Sénart   par Luce Duroy le 2017-12-11

Rime Hadj-Hassen, élève de Terminale L1, nous fait partager son enthousiasme pour le spectacle sur Le Monde d'hier de Stefan Zweig mis en scène par Patrick Pineau et interprété par Jérôme Kircher au Théâtre-Sénart. Un grand merci à Rime.

Dynamique, solitaire, silencieux, libre, poétique, tel est Le Monde d'hier. Mais il en serait allé bien différemment si Jérôme Kircher n'avait pas pris la responsabilité d'incarner parfaitement cet illustre personnage qu'est Stefan Zweig. Le 19 octobre, certains élèves de Terminale L1 ont eu la chance de se rendre au Théâtre-Sénart, accompagnés de Madame Duroy, Monsieur Berthelot et Madame Humily, pour y admirer une facette du théâtre: l'art du monologue. Pendant une heure dix, Jérôme Kircher s'est présenté seul face au public pour interpréter l'une des plus grandes oeuvres de Stefan Zweig, Le Monde d'hier, son autobiographie. C'est par une collaboration des plus fascinantes que J. Kircher et P. Pineau montent ensemble ce texte d'une puissance inouïe. On peut bien se demander comment un comédien peut rester seul, au milieu d'une scène, sans mouvement particulier, à nous restituer fidèlement une autobiographie. C'est là que réside tout le talent de Kircher! Avec les conseils du metteur en scène, l'acteur s'est approprié l'âme de Stefan Zweig de manière à nous tenir en haleine tout au long de la pièce juste au son de sa voix. Mais ne pensez pas que là était son seul talent! Non, il a fait bien plus que cela. Kircher a su imiter à la perfection les gestes d'un homme seul, debout, racontant une histoire. Chacun de ses mouvements semblait naturel, au point où l'on aurait pu se croire en face de l'écrivain en personne. Pourtant, il se contentait de prendre une chaise, de mettre ses mains dans ses poches, de s'asseoir ou encore de faire quelques pas. Chacun des mots de l'auteur est lourd de sens, il incarne la poésie, l'unité et la paix. Il y a dans son écriture un lyrisme qui émerveille. Cette écriture est porteuse d'une dure vérité et par un pacte avec le lecteur, elle nous transmet une expérience et nous ne pouvons que rester marqués par tant de beauté d'esprit. Jérôme Kircher a su transmettre toutes les qualités de cet écrivain, il a su reproduire avec une précision étonnante la pression du contexte historique concernant les guerres et la montée en puissance des totalitarismes. Chacun de ses silences était marqué à vif par un sentiment d'instabilité et de grande réflexion. Telle était la prestation unique et exceptionnelle d'un comédien qui a fait renaître devant nos yeux un monde étincelant et perdu.

"Contre ma volonté j'ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison et du plus sauvage triomphe de la brutalité; jamais - je ne le note point avec orgueil, mais avec un sentiment de honte - une génération  n'est tombée comme la nôtre d'une telle puissance intellectuelle dans une telle décadence morale." Stefan Zweig, Le Monde d'hier.

Rime Hadj-Hassen.